Projet portant sur des armes légères et de petit calibre en Albanie

7 mai 2014


Ces quatre dernières années, le Bureau de programme "services généraux et en coopération" (LB) a aidé l'Albanie à éliminer plus de 11 500 tonnes de munitions excédentaires dans une installation située au centre de l'Albanie, dans le cadre d'un projet relevant de fonds d'affectation spéciale de l'OTAN.

Fin 2013, les autorités du Département d'État américain parrainant cette initiative ont demandé à la NSPA de mettre en place un projet distinct mais relié aux travaux précédents, afin de détruire jusqu''à 100 000 armes légères et de petit calibre.  L'élimination d'une telle quantité d'armes excédentaires apporte au ministère de la Défense une aide dans la réalisation de son programme de modernisation de la Défense en réduisant le nombre de dépôts de stockage et permet de réduire le risque de prolifération et d'utilisation illégale ; ce sont quelque 30 000 de ces armes qui ont été récupérées par la police auprès de la population civile pendant la période de troubles qu'a connue l'Albanie à la fin des années 1990.

Grâce à la connaissance qu'a la NSPA des installations appartenant à l'État albanais qui se prêtent à la destruction d'armes légères et de petit calibre, un marché a été mis en place dans les deux mois et le travail a démarré peu de temps après.  L'usine de Gramsh était un important site de fabrication d'armes au plus fort du programme de réarmement de l'Albanie dans les années 1960 et 1970, mais en 2010 il se trouvait dans un état de délabrement assez avancé.  Le projet, d'un montant de EUR 270 000, a permis d'effectuer des travaux simples de rénovation de bâtiments et d'acheter des équipements, mais l'essentiel du financement sera utilisé pour employer du personnel provenant de la localité voisine où il n'existe que peu d'autres possibilités d'emploi.

Les armes légères et de petit calibre sont livrées à Gramsh par l'armée de terre, elles subissent un contrôle de sécurité, les numéros de série sont enregistrés et elles sont ensuite démantelées et les pièces qui les constituent sont détruites par sectionnement ou écrasement afin de rendre impossible leur réutilisation.  Les matériaux sont triés et ceux qui ont une valeur commerciale, comme l'acier et le cuivre, sont revendus, tandis que les autres, comme le bois et le cuir, sont utilisés comme combustible complémentaire et brûlés dans le système de chauffage de l'usine.

La destruction des armes légères et de petit calibre a commencé début mars 2014 après une période de formation du personnel.  L'objectif des 100 000 armes devrait être atteint d'ici le mois d'octobre de cette année.