Projet relevant de fonds d'affectation spéciale de l'OTAN en Ukraine : destruction de 3 millions de mines terrestres antipersonnel PFM-1

12 février 2013


Projet relevant de fonds d'affectation spéciale de l'OTAN en Ukraine : destruction de 3 millions de mines terrestres antipersonnel PFM-1

Le 1er février 2013, un marché portant sur la destruction de 3 millions de mines terrestres antipersonnel PFM-1 a été signé entre le ministère de la Défense ukrainien, l'usine chimique de Pavlograd et la NSPA. La destruction des mines terrestres antipersonnel s'étalera sur 3 ans et se déroulera dans une entreprise d'État, au sein d'un complexe scientifique et de production (Usine chimique de Pavlograd) à Dnipropetrovsk (Ukraine).

Ce marché a été signé dans le cadre de la deuxième phase du projet relevant de fonds d'affectation spéciale de l'OTAN qui est mené en Ukraine et dont les États-Unis sont le pays pilote. Ce projet a également pour but de permettre la destruction de 366.000 armes légères et de petit calibre ainsi que de 76.000 tonnes de munitions conventionnelles.

L'Allemagne et la Commission européenne apportent des contributions financières afin de soutenir ce volet du projet et d'aider l'Ukraine à remplir ses obligations découlant du Traité d'Ottawa1.

1 Le Traité d'Ottawa ou Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel (signé le 3 décembre 1997), de son nom officiel "Convention sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction", a pour but l'élimination des mines terrestres antipersonnel dans le monde. Actuellement, 161 États sont parties au traité.